Arbre

beurre

femmes

vous

Karité

Le karité est un petit arbre tropical africain qui porte des noix huileuses dont on tire le beurre de karité. L’arbre ne pousse naturellement à l’état sauvage qu’en Afrique, dans la ceinture sèche de la savane, du Sénégal à l’ouest jusqu’au Soudan à l’est et jusqu’aux contreforts des hauts plateaux éthiopiens.
Nous l’appelons « l’or vert », non seulement en raison du beurre de karité qu’il produit, mais aussi parce qu’il est un trésor de Mère Nature. En effet, de ses feuilles à son écorce, tout est utilisé traditionnellement pour ses.. :

Propriétés curatives

Feuilles de karité : lorsqu’elles sont bouillies, les feuilles et l’eau qui en résulte peuvent être utilisées comme collyre et pour les problèmes de digestion.

Écorce de karité : l’écorce peut être coupée et bouillie pour être utilisée contre les plaies d’estomac.

Beurre de karité: le beurre peut être utilisé comme pommade dans différentes recettes médicinales ainsi que pour des produits désinfectants, cicatrisants et de massage.

Propriétés nutritionnelles

Les fruits du karité : Les fruits sont consommés par la population locale et les animaux. Aujourd’hui, certaines coopératives de femmes en produisent des confitures.

Fleurs de karité: Les abeilles apprécient le nectar des fleurs de karité qu’elles butinent et transforment en miel pour le plaisir de leurs larves. Les humains en profitent également !

La chenille du karité : La chenille du karité (Cirina butyrospermi), également appelée  » chitoumou  » en langue dioula, se nourrit uniquement de feuilles de karité ! Riche en protéines, elle est reconnue pour son potentiel nutritionnel exceptionnel et est consommé au Burkina Faso et même dans certains pays voisins comme le Mali et la Côte d’Ivoire.

Le beurre de karité: Le beurre est utilisé comme huile comestible pour la cuisine.

Bénéfices environnementaux :

L’arbre à karité permet également de maintenir un équilibre environnemental et socio-économique aussi complexe que fragile. Contribuant à la lutte contre la désertification, le karité crée un microclimat pour les hommes et les animaux.

Avantages socio-économiques :

La valorisation du karité permet la création de nombreux emplois, notamment par la mise en place de coopératives de femmes vendant du beurre de karité ; son bois est utilisé pour la fabrication de meubles (mortier, maison) et (malheureusement) de plus en plus pour obtenir du charbon, faute de sensibilisation des jeunes générations à l’importance environnementale du karité.

Saviez-vous que l’arbre à karité… :

  • ne pousse qu’en Afrique
  • pousse principalement de manière sauvage
  • ne pousse que dans la savane, dans une ceinture qui s’étend de l’Afrique de l’Ouest au Centre-Est, appelée la « ceinture du karité » : Bénin, Burkina Faso, Cameroun, République centrafricaine, Tchad, Côte d’Ivoire, Ghana, Guinée Bissau, Guinée Conakry, Ethiopie, Mali, Niger, Nigeria, RDC, Sénégal, Sierra Leone, Soudan, Togo, Ouganda.
  • a 2 espèces : Butyrospermum Parkii (Afrique de l’Ouest) et Niloticum (Afrique centrale et orientale)
  • peut vivre jusqu’à 200 ans (certains disent même 300 ans)
  • produit ses premiers fruits après 15 à 20 ans,
  • mais n’atteint pas sa pleine production (20kg de fruits) avant 20-25 ans, temps d’attente pour obtenir la première production de beurre de karité
  • ne porte qu’environ 20 kg de fruits par an, ce qui ne donne qu’environ 1,5 kg de beurre de karité par arbre et par an.

Une fois encore, en raison de tous ces éléments, nous appelons l’arbre à karité « l’or vert ». Il faut l’apprécier et le chérir, c’est un trésor de Mère Nature !

Beurre de karité

Le beurre de karité est un beurre végétal fabriqué à partir des noix de karité. Brenda Chalfin, auteure d’une étude sur le beurre de karité,  décrit dans le passage ci-dessous ses multiples usages:  cosmétique, culinaire, et médicinaux.  « (…)  le karité était la principale source d’huile comestible dans toute la zone de savane d’Afrique de l’Ouest et un élément de base de longue date de l’économie régionale, avec une myriade d’utilisations en dehors de la production alimentaire. » Le beurre de karité est utilisé pour tout et par tous en Afrique!

Qu’est-ce que le beurre de karité ?

L’or vert

« Base de la plupart des soupes, condiment et graisse de friture légère, le karité est l’huile la plus recherchée pour la préparation des aliments. Elle est largement utilisée dans la fabrication industrielle et artisanale de savon. Antérieur au kérosène, il continue à servir d’éclairage dans les villages ruraux où l’argent est rare et l’électrification inexistante. Le karité est appliqué sur les ampoules de calebasse du xylophone et de la guitare de fabrication locale et est utilisé pour oindre un cadavre avant l’enterrement. Il est le principal ingrédient des médicaments humains et vétérinaires, à la fois comme véhicule pour d’autres substances et en raison de ses propres propriétés antibactériennes. Elle est appliquée par voie topique comme produit de beauté, pour combattre les climats rudes de la savane, guérir les crevasses du dur labeur et donner un teint lisse et brillant. Dans l’environnement sec de la savane, la peau et les cheveux des enfants brillent de karité sur le chemin matinal de l’école et après le bain du soir. L’odeur du karité est un élément sous-jacent de l’espace des femmes, que ce soit le marché, la cuisine, la chambre à coucher ou le bain. Les femmes se couvrent le ventre de beurre de karité pendant et après la grossesse et en massent leurs enfants de la tête aux pieds. Que ce soit pour célébrer un mariage ou un accouchement, le karité est ce qu’une femme offre à une autre. Dans le nord du Ghana, lorsqu’une femme enceinte se rend au marché pour acheter un grand pot de beurre, vous savez que son heure est proche. La cuisine d’une femme n’est pas complète sans une réserve de beurre de karité rangée dans le garde-manger, au moins quelques boules de beurre enveloppées dans du papier gras, si ce n’est une calebasse pleine. Même dans la zone forestière de l’Afrique de l’Ouest, les propriétés cosmétiques du karité sont bien appréciées. Chez les Beng de Côte d’Ivoire, les mères « frottent la peau de leur bébé avec du beurre de karité après le bain » afin de « faire briller la peau et mettre le bébé en valeur ».

Extrait du livre: Old Commodities in New Niches: The Shea Economy as Frontier (Anciens Produits dans de Nouvelles Niches : L’économie du Karité comme Frontière), Brenda Chalfin, 1997 (Traduction non officielle)

Comment est-il produit ?

De nos jours, il existe trois méthodes principales pour produire le beurre de karité: artisanale, mécanique et par solvant. Ces procédés ont des efficacités d’extraction différentes pour l’obtention du beurre de karité. SaWaShea s’approvisionne en beurre de karité auprès de la coopérative de femmes Wobeh qui le produit manuellement. Le beurre de karité est obtenu au terme d’un processus long et laborieux réalisé principalement par les femmes.

Récolte: Comme la couleur et la consistance ne changent pas, les fruits du karité ne peuvent être récoltés que lorsqu’ils tombent de l’arbre. Une fois récoltées, elles sont mangées ou données aux animaux.

Stockage: A ce stade, il faut veiller à ce que les noix ne soient pas germées, la germination contribuant fortement à la dépréciation de la qualité du beurre de karité. Pour éviter cela, selon les régions, les noix sont fermentées, bouillies ou séchées (au soleil ou fumées) avant d’être stockées dans un endroit sec et frais.

Préparation du beurre de karité :

  • Décorticage : Les noix sont d’abord écrasées à la main ou dans un mortier pour se débarrasser de la coque.
  • Concassage et émiettement : Ensuite, les femmes cassent les amandes en petits morceaux en utilisant un mortier et un pilon.
  • Torréfaction : Pour commencer à extraire lentement l’huile des amandes, elles font griller les morceaux de noix.
  • Broyage : La pâte torréfiée prend alors une couleur chocolat. Elle est ensuite broyée de manière traditionnelle avec une meule sur une surface plane en pierre. En raison du long et fastidieux processus du broyage, les femmes de la coopérative Wobeh avec laquelle SaWaShea travaille apportent les noix torréfiées à Ferkéssédougou, la ville la plus proche, pour les broyer mécaniquement.
  • Mélange : De l’eau chaude est ensuite ajoutée lentement et mélangée à la pâte afin d’obtenir la consistance souhaitée pour faire ressortir l’huile.
  • Cuisson : La masse crémeuse obtenue est finalement bouillie dans une marmite pour en extraire le beurre de karité Green Gold.

Quelles sont la composition et les propriétés du beurre de karité ?

Excellent émollient pour les peaux sèches, cicatrisant, anti-inflammatoire et antibactérien, le beurre de karité:

  • est naturellement riche en vitamine A (antioxydante)
  • contient de la vitamine E (régénératrice et antioxydante) et de la vitamine F (riche en acides gras essentiels pour assimiler les graisses, réduire le taux de cholestérol, etc.)
  • est riche en insaponifiables (substances qui ne peuvent pas être entièrement transformées en savon)
  • contient de l’acide cinnamique, des stérols (donnant la consistance solide) et des acides gras tels que l’acide oléique (influençant la douceur) et l’acide linolénique.

Comment l’utiliser et la conserver ?

Le beurre de karité est traditionnellement utilisé de la tête aux pieds dans les différentes régions où il est produit en Afrique. Des bébés aux personnes âgées, de la femme à l’homme, tout le monde l’utilise !

Avant d’explorer les différents usages énumérés ci-dessous, veuillez noter que le beurre de karité ne doit pas être utilisé par les personnes allergiques au latex car il en contient à l’état naturel. Par ailleurs, bien qu’il puisse y avoir des informations sur les usages liés à certaines conditions médicales et à leur traitement, si une condition médicale existe, consultez votre médecin ou votre pharmacien avant toute utilisation du beurre de karité. Les informations présentées sont uniquement destinées à partager des connaissances sur les usages dans le contexte ouest-africain.
Veuillez également noter que l’or vert de SaWaShea est presque entièrement fabriqué à la main et n’est pas raffiné. Le beurre de karité pur peut donc varier en termes d’odeur, de couleur et de texture, mais le seul ingrédient est toujours la noix de karité provenant d’arbres sauvages.

POUR LA PEAU

  • Cicatrisant et hygiénique : Le beurre de karité est connu dans les régions où il est produit pour soulager les entorses, les foulures, les luxations, les courbatures et les rhumatismes.
    Le beurre de karité désinfecte et soigne les brûlures légères et les aide à guérir.

Rhume ou grippe : en l’appliquant sur les nez douloureux/radicaux pendant un rhume ou une grippe, il aide à soulager pour que vous puissiez à nouveau mieux respirer.
Problèmes de peau : Pas encore prouvé médicalement mais reconnu par beaucoup, le karité est utilisé pour traiter la dermatite atopique (eczéma), le psoriasis, etc. Pour une telle utilisation, veuillez toujours consulter votre médecin.
Pour les bébés: Il est utilisé pour accélérer la cicatrisation du cordon ombilical et plus tard pour prévenir ou traiter l’érythème fessier. Traditionnellement, les massages quotidiens des grands-mères au cours des 2 ou 3 premiers mois permettent d’assouplir les muscles et de les détendre.
Pour les femmes : Le karité est utilisé pour l’hygiène intime, comme cicatrisant après l’accouchement.

  • Hydrate, prévient et réduit : Excellent émollient et humectant, il hydrate tous les types de peau, notamment les peaux sèches.

Vergetures : Le beurre de karité est utilisé pour prévenir ou atténuer les vergetures, notamment par les femmes enceintes.
Anti-âge : Le beurre de karité rend la peau souple, parfait pour ralentir le vieillissement de la peau, contre les rides.

  • Protège : Le beurre de karité est un écran solaire naturel, vous
  • pouvez l’utiliser comme protection UV (SPF 6) et comme après soleil. Nous le conseillons surtout comme après soleil pour calmer les coup de soleil.
  • Assoupli et lisse: Pour assouplir et lisser les cuticules et autres parties du corps comme les cors.
  • Relaxant: Pour détendre et assouplir vos muscles endoloris, utilisez le karité comme beurre/huile de massage. Vous pouvez l’utiliser pur ou le mélanger à vos huiles essentielles préférées.

POUR LES CHEVEUX
Le beurre de karité peut également être utilisé comme:

  • soin des cheveux ou pour les cuirs chevelus irrités.
  • masque avant le shampooing (pre-poo)
  • crème protectrice après le shampooing ou comme crème quotidienne pour les cheveux (surtout pour les types de cheveux 3c à 4b)

POUR LA CUISINE
Le beurre de karité peut également être utilisé comme:

  • huile comestible : Dans de nombreuses sociétés africaines, elle est utilisée pour la cuisson des repas quotidiens.
  • substitut : Dans l’industrie du chocolat, le beurre de karité est utilisé
  • équivalent ou substitut du beurre de cacao. Il est également utilisé pour la margarine et dans l’industrie de la boulangerie pour une consistance naturelle et solide.

CONSERVATION ET STOCKAGE
En gardant le karité à l’abri de la lumière et en le stockant dans un endroit sec et frais, vous pouvez le conserver 2 à 3 ans. Si vous le mélangez avec d’autres huiles ou des huiles essentielles, selon les huiles utilisées, vous pouvez le conserver de quelques mois à 1 an.

LE SAVIEZ-VOUS
Faire fondre le karité: Le beurre de karité fond à la température du corps, évitez la chaleur directe ! Pour les petites quantités, pétrissez avec des mains chaudes afin que le beurre de karité ferme devienne plus souple. Pour de plus grandes quantités, nous vous recommandons d’utiliser un bain-marie.

Karité vieillissant: Si votre beurre de karité vieillit, vous pouvez en faire un savon. C’est un véritable or vert, vous pouvez toujours le recycler !

Coopératives

de femmes

En 2014, SaWaShea a effectué un voyage d’étude dans le nord de la Côte d’Ivoire. L’idée était de rencontrer différentes coopératives de femmes produisant du beurre de karité, d’échanger avec elles sur leurs besoins, de les exposer aux idées de SaWaShea et de décider de la suite à donner. Parmi les cinq coopératives visitées, la coopérative Wobeh a été choisie pour le démarrage du projet pilote car les tests en laboratoire de 7 échantillons de beurre de karité ont montré que le beurre de karité produit par la coopérative Wobeh était le meilleur. Deux des échantillons provenaient d’une unité mécanique installée en ville et d’un intermédiaire dont la profession est de collecter le beurre de karité dans différents villages et de les vendre à différentes parties intéressées.

L’Université BOKU de Vienne, en Autriche, a testé le karité en fonction de 3 paramètres de qualité : l’acidité, l’indice de saponification et l’indice de peroxyde. Il est intéressant de constater que les meilleurs résultats proviennent de la coopérative de Wobeh, la plus petite, située dans la zone la plus reculée et dont la production est presque exclusivement manuelle.

La coopérative des femmes de Wobeh est composée d’une vingtaine de femmes, principalement des femmes âgées qui ne peuvent plus travailler dans les champs. Elles sont soutenues par des femmes plus jeunes lorsqu’elles ont le temps, notamment lors de la dernière étape de la production du beurre de karité. Comme la plupart des femmes ne savent ni lire ni écrire, seule une femme sait écrire et parler couramment le français, deux hommes les aident en effectuant différentes tâches administratives et en transportant le beurre de karité vers la ville lorsque cela est nécessaire.

SaWaShea espère que cette coopération pourra être étendue à 4 autres coopératives rencontrées en 2014 dans un avenir proche. La coopération avec la coopérative Wobeh vise tout d’abord à améliorer leurs revenus afin d’améliorer leur vie sociale et économique. Ensuite, si les bénéfices sont suffisants, les femmes aimeraient investir dans l’achat de  machines pour faciliter leur travail. SaWaShea espère les soutenir à normaliser la qualité pour l’exportation tout en conservant leurs connaissances et savoirs traditionnelles, et à renforcer leur capacité à s’engager dans la majeure partie de la chaîne d’approvisionnement du beurre de karité. L’objectif à long terme est d’établir un parc de production dans la région, en impliquant d’autres coopératives pour travailler ensemble afin d’obtenir une meilleure diffusion des bénéfices acquis.

vous

Enfant, vous vous souvenez avoir massé les pieds de votre grand-mère avec du karité le soir pour l’aider à se détendre après sa longue journée et à trouver le sommeil. Des années plus tard, une fois adulte, vous utilisiez le beurre de karité pour vos cheveux et votre peau, sans prêter attention à sa richesse… jusqu’à ce que vous arriviez en Europe et que vous voyiez à quel point il était difficile de le trouver là-bas (bien que ce soit moins le cas aujourd’hui). Puis vint la crise politique en Côte d’Ivoire, la mort de la mère en raison de soins insuffisants et de l’absence de source de revenus sûre. Et puis il y a eu cet article sur les femmes du nord de la Côte d’Ivoire qui produisent du beurre de karité, mais qui ne peuvent plus vendre leur produit depuis la crise politique.

L’article mentionne également les difficultés rencontrées dans leur vie quotidienne. Bien que la mère ne soit plus là, d’autres femmes étaient confrontées aux mêmes problèmes, et c’est pourquoi il fallait les soutenir. Après quelques années, une idée s’est transformée en entreprise sociale pour donner des opportunités de revenus aux femmes qui n’avaient pas accès au marché, notamment au marché mondial, pour développer leurs capacités et améliorer leur processus de production. La route a été longue et rocailleuse, mais comme le dit le dicton, « Aide-toi d’abord, et Dieu t’aidera ». Il faut d’abord trouver un moyen de subvenir à ses besoins avant de pouvoir soutenir sérieusement et concrètement les autres, notamment ces femmes qui sont souvent des mères. Cela a pris du temps, mais voilà. L’idée a mûri. Au fil des années, vous l’avez développée et avez identifié ce qui était vraiment nécessaire : pas seulement une initiative, mais une initiative qui peut avoir un impact durable. Le karité n’est pas seulement un produit de beauté, c’est aussi un produit qui peut contribuer à la guérison et au bien-être des femmes et des hommes. Donnez-leur la possibilité d’améliorer leur processus de production tout en bénéficiant vous-même de produits de karité de qualité. Donnez-leur la possibilité d’améliorer leur vie et leur communauté tout en bénéficiant vous-même de la nature curative des produits à base de karité. Il ne s’agit pas d’une initiative caritative, mais d’une initiative de solidarité : nous partageons parce que nous nous sentons concernés ! Je suis l’un(e) de « Vous »…